NZO

GILLES BRAUNEISEN - MON VOYAGE AU JAPON

NARA

 

Nara (奈良市, Nara-shi?) est une ville du Japon, capitale de la préfecture du même nom située dans la région du Kansai, proche de Kyōto. Elle fut la capitale du Japon entre 710 et 784 et les monuments historiques de l'ancienne ville ont été inscrits au patrimoine mondial de l'humanité en 1998.

Nara fut pendant le viiie siècle la capitale du Japon, sous le nom de Heijō-kyō (ou Heizei-kyō), depuis sa fondation en 710 (lors de l'accès au trône de l'impératrice Gemmei), jusqu'en 784, c'est-à-dire durant l'époque de Nara1.

 

Elle représenta la première véritable capitale fixe du pays. Avant 710, les capitales se déplaçaient de royaume en royaume. En effet, selon les anciennes conceptions du shintoïsme, la mort constituait l'impureté la plus grave. Lorsqu'il s'agissait de la mort du souverain, alors l'impureté frappait la capitale ; il fallait donc détruire les palais et les reconstruire ailleurs. Au début du viiie siècle, on comprit qu'il fallait créer un centre plus durable pour le gouvernement et l'administration de l'État.

 

Selon son plan originel, la ville mesurait 2 km sur 4,3 km. Une très large avenue, qui partait de la porte Rasomon au Sud, coupait l'agglomération en deux et menait tout droit aux palais impériaux. C'est l'avenue Suzaku, large de 70 m et bordée de saules. Les deux secteurs ainsi formés sont découpés en quartier par les rues qui se coupent à angle droit. Ce plan semble être inspiré de celui de la ville de Xi'an, la capitale chinoise de l'époque. La ville de Nara aurait aussi été conçue par des immigrants du royaume de Paekche.

 

À droite et à gauche, des palais devaient figurer deux temples bouddhistes de grandes dimensions : le Tōdai-ji et le Saidai-ji (le « grand temple du Levant et le grand temple du Couchant »). On ne construisit en fait que le Tôdai-ji, qui, plusieurs fois reconstruit et de dimensions plus réduites, existe encore aujourd'hui au milieu du Parc de Nara.

 

Après la fin de l'époque de Nara, la ville fut renommée Nanto (南都?, litt. « Capitale du sud ») et perdit de son importance. Elle eut à subir de nombreuses destructions pendant les diverses guerres civiles, et fut incendiée par les Taira en 1180 au terme du siège de Nara, au cours de la guerre de Gempei.